Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

Ma nièceComme dit je suis divorcé d’avec ma femme depuis quelques années, mais suis resté en très bon termes avec sa sœur Sandra.Ca fait plus de vingts ans que je les connais, elle et son mari; On s’appelle régulièrement, et on se voient régulièrement autour d’une table. Il y a plus d’un an je reçois un appel Sylvia ma nièce ( fille de Sandra ) qui me demande un service. Comme beaucoup de jeunes, Sylvia est toujours sans boulot fixe à l’âge de vingt-quatre ans. Elle vient d’obtenir un cdd de six mois, tout près de chez moi et donc plus loin de chez elle. Elle doit être embaucher très rapidement, et sa mère me demande si je peux l’héberger en semaine, moyennant une pension qu’elle se propose de me verser. J’ai gardé l’appartement après le départ de ma femme comme je vis seul, et il n’y a donc aucun souci pour l’accueillir.Je prépare avec soin sa chambre, sans arrière pensées. Elle est très jolie sa fille brune yeux noisettes typée italienne et s’il m’arrive de fantasmer sa mère, je me fais la promesse de rester sage avec elle.Elle arrive chez moi le lundi soir après son travail, et ce sera ainsi toutes les semaines. Elle part de chez elle tôt le lundi matin pour se rendre directement chez son employeur, puis elle me quitte le vendredi matin comme convenu.Déjà quinze jours qu’elle est là, et tout se passe à merveille. Le boulot lui plait, les collègues sont sympas, et elle apprécie ma compagnie le soir, ça la change de ses parents chez qui elle vit, à part quelques fois où elle découche pour aller chez son copain ou une copine. Elle participe volontiers aux tâches ménagères, on discute pas mal, on fait des jeux, on regarde la télé. Lorsqu’il n’y a rien de bien, elle va se coucher et lit avant de dormir, ou appelle son copain.Je vais alors dans mon bureau, fais quelques papiers. Je me connecte sur internet, et je retrouve des partenaires , hommes ou femmes, avec lesquels on a tissé des liens et on se fait de bonne baises virtuelles.Je le faisais tous les soirs, mais depuis que j’ai ma petite invitée je me suis abstenu; mais là je n’en peux plus. Je recommence à jouer, avec d’autant plus d’excitation que je la sais tout près de moi, et ne peux m’empêcher de penser à elle.Ce soir là je suis devant mon écran, la bite dressée. Je dialogue avec une salope chaude et vulgaire, peut-être un mec qui se fait passer pour une femme mais je m’en fous, je joue le jeu. Je lui balance des insultes et obscénités en décrivant tout ce que je lui fais. Elle me répond par de longues phrases, et je profite d’avoir les mains libres pour bien me branler le manche, me caresser le gland.Je me tiens un manche béton, lorsque j’entends des soupirs haletants, bruyants, tels ceux de quelqu’un qui va jouir. Je me retourne, Sylvia est derrière moi, à moins de deux mètres.Elle est en petite tenue, un léger top que transpercent ses pointes de seins, et un shorty qu’elle a descendu à mi-cuisses. Nos yeux se croisent, mais elle est plongée dans son désir et continue à se masturber comme une possédée. Je suis surpris, gêné, et me lève pour remettre mon boxer.- Non, s’il te plait, branle toi encore. C’est trop bon de voir ta queue.Je suis un peu dépassé, mais bande trop pour être raisonnable. Je me rassois donc, la bite toujours à la main, et je me masturbe à son rythme, fasciné par ce spectacle. Elle pousse un cri libérateur suite à un orgasme violent, puis s’approche de moi, s’agenouille et pose sa main sur mon sexe:- Mais qu’est ce que tu fais? lui dit je- Elle est belle ta queue, et puis elle est grosse et bien chaude.- Arrête s’il te plait, il ne faut pas, güvenilir canlı bahis siteleri ce n’est pas bien.- Qu’est ce qui n’est pas bien? On est majeur tous les deux, non?- Oui, sauf que je suis ton oncle.- Ah non, désolée, ou plutôt ravie, mais tu ne l’es plus. Je continue à t’appeler tonton par habitude, mais depuis que tu n’es plus avec tatie, tu n’es plus rien pour moi.- Tu joues sur les mots , mais c’est la même chose.- Ah non, c’est une grosse différence. D’ailleurs une nièce n’oserait pas sucer la grosse bite à son tonton, comme je vais le faire.Je n’ai pas le temps de répondre, que mon gland disparait dans sa bouche . Je reste pétrifié et me laisse faire tellement c’est bon. Son regard cherche le mien pour voir ma réaction, et rassurée par mon accord tacite, elle s’applique à mieux me pomper.- Doucement ma puce, tu vas me faire jouir.- Oh non! pas déjà! je veux que tu me baises avant.- Désolé à mon tour, mais tu m’excites trop, je ne vais pas pouvoir me retenir.- Bon, alors tu jouis dans ma bouche, mais surtout tu ne débandes pas.- Tu me rends fou, tu sais que tu m’as mis dans un état où je ne peux rien te refuser, même si ce n’est pas bien.- Laisse tomber avec çà, et laisse toi faire.On arrête de parler, et elle se concentre sur sa fellation. Sa bouche est délicieusement accueillante, chaude et saliveuse à souhait. Ses lèvres vont et viennent le long de ma hampe, pour bien me gober entièrement, mais se délectent aussi de mon gland avec sa langue qui s’enroule dessus. Plus question d’oncle ou de nièce, d’ex-oncle et ex-nièce, je ne pense qu’à mon plaisir et à cette petite salope qui me turlute mieux qu’une pute. Je voudrais l’insulter mais n’ose pas, j’aime trop.Je suis au bord de l’extase et annonce ma libération. Elle ne fait rien pour m’éviter, bien au contraire. Ses lèvres se resserrent sur mon membre pour bien me dégorger le poireau. Elle me fait venir en elle, et je renie très vite mes bonnes intentions de ne pas l’injurier:- Ohhhh, salope, tu es vraiment trop pute. Bouffe, bouffe salope, avale mon foutre……………….Elle avale tout jusqu’à la dernière goutte, puis se relève. Elle s’empresse d’enlever son ravissant shorty, puis vient m’enfourcher pour s’empaler la chatte sur ma trique toujours bien dressée. Elle va et vient sur mon manche et m’écrase les couilles à chaque descente:- Hummmm, elle est bonne ta queue, mais préviens-moi si tu dois jouir, je ne veux pas tomber en cloque.- Pas de crainte, avec tout ce que je t’ai déjà offert, j’en ai pour un bon moment avant de remettre ça.- Mais tu ne vas pas débander, j’espère!- Débander! Avec une femme pareille! Tu es le genre de salope qu’on peut aimer durant des heures.- Humm, prétentieux, viens au lit et montre moi si tu es superman!Elle se dégage et me prend la main pour la suivre.Je suis assommé par ce qui se passe entre nous, c’est génial mais aussi irréel et litigieux. Mais comme on dit, toute queue qui bande n’a pas de raison, et je me laisse conduire. On est dans sa chambre, et on se déshabille entièrement avant de se coucher.On prend pas le temps de discuter, mais bien sûr de se caresser: elle, ma queue et mes boules, et moi, ses seins qui sont magnifiques. Je lui demande si elle a une position préférée, et elle m’avoue qu’elle n’a connu que son copain, qu’il a été élevé religieusement, et que pour lui le sexe n’est pas un loisir, quoique parfois, mais un acte réfléchi de reproduction. Du coup, il n’est pas très porté là dessus, et la baise vite fait, toujours dans la même position, celle du missionnaire.Je viens donc güvenilir illegal bahis siteleri sur elle pour la pénétrer comme à son habitude, puis lui propose d’autre positions qu’elle a hâte de découvrir. Je la prends, toujours et uniquement par la chatte, dans toutes les possibilités, allongée sur le dos, sur les côtés, sur le ventre, debout de face ou de dos, penchée en avant, à quatre pattes pour une levrette qui l’envoie au septième ciel. On est à fond dans notre baise, je la traite à nouveau de pute et de salope, mais elle me laisse dire et ne jure que par ma queue.Je sens ma sève qui monte. Je préviens ma belle, me retire, et elle s’empresse de me prendre en bouche.- Salope, tu aimes le jus de couilles putain. – Même s’il est coincé ton copain, il doit se régaler avec tes pipes goulues?Elle me dit que non, que ce n’est pas son truc. Il a voulu une fois, il avait trop bu, et s’est endormi sans même jouir. Elle n’avait jamais bu de sperme avant aujourd’hui et voulait trop essayer. Elle est ravie de la première séance, et ne veut pas rater le second service. Je m’abandonne et vient en elle pour l’abreuver à nouveau, et me soulager.Notre séance est finie et je redescends sur terre, un peu honteux. J’hésite à trouver les mots, m’excuses pour mes insultes que je ne pense pas, et reporte lâchement notre discussion à demain en lui disant qu’il faudra que l’on parle.Elle semble se foutre de ce que lui raconte, et alors que je me lève pour regagner ma chambre, elle me demande de rester avec elle. Je me colle à elle, la prend dans mes bras, et on s’endort.Au matin je me lève avant elle et lui prépare le petit déjeuner, comme tous les jours. Elle se lève toujours à la dernière minute, et me rejoint à la cuisine pour son premier repas express, sans même le temps de s’asseoir. Elle me dit un bonjour, radieuse, en pleine forme.- Je sais qu’on n’a pas le temps ce matin ma chérie, mais ce soir il va vraiment falloir parler.- Oui, mon tonton chéri, tu me l’as déjà dit. Mais ne te prends la tête avec ça. C’est arrivé, c’est que ça devait se faire; et surtout c’était très bien. Ciao, j’y vais.Elle est toujours à la bourre le matin, et disparait aussi vite qu’elle est arrivée.17 heures, elle rentre du boulot, je suis déjà là et l’attend au salon. J’ai préparé mon discours, veux le lui livrer, mais elle préfère prendre une douche d’abord, comme elle le fait tous jours. Elle a vite fait, et me rejoint vêtue d’une seule petite culotte.- Tu as l’intention de rester dans cette tenue?- Oui, ça te plait? (elle fait un tour sur elle même, et je peux reluquer ses trop belles miches entre lesquelles a disparu la ficelle de son string). Elle s’avance vers moi- Alors, tu veux me parler?- Oui, j’ai réfléchi, et il faut oublier ce qui s’est passé. C’était un accident.Elle s’agenouille devant moi et pose ses mains sur ma braguette- Un merveilleux accident. Il va falloir faire une reconstitution, avant notre constat à l’amiable. (elle a défait mon froc, et libéré mon sexe)- Non s’il te plait, il ne faut pas.- Ce n’est pas l’avis de ta queue, regarde comme elle se redresse. Oouahhhh, elle est trop belle, j’y ai pensé toute la journée.- Même si je ne suis plus ton oncle, tu te rends compte que j’ai l’âge de tes parents, deux fois celui de ton copain ?- Je sais surtout que ta bite est deux fois plus belle que la sienne.- Et ta mère qui t’a confiée à moi, si elle savait. Et je ne parle pas de ton père, il serait fou.- Il le serait encore plus s’il savait pour toi et maman.- Moi et ta mère? De quoi tu parles?- Te fatigues pas, güvenilir bahis şirketleri elle m’a tout raconté. Je sais que ça fait vingt ans que vous baisez tous les deux, et je veux que tu me baises moi aussiPuis en quelques mots, elle me prouve qu’elle sait vraiment tout. On était jeunes mariés tous les quatre et on passait les vacances ensemble. Dès la première année on a baisé avec ma belle sœur, et depuis on ne manque pas une occasion de s’envoyer en l’air.Je n’ai plus rien à répondre, ma petite salope sait qu’elle a gagné, et se penche sur ma queue pour n’en faire qu’une bouchée.- Et puis merde, tu as raison. Tu es trop belle et trop chaude pour que je discute davantage.J’enlève mon pantalon et mon slip, et écarte les cuisses pour mieux lui offrir mon paquet:- Pompes moi salope, je veux que tu me vides les couilles comme hier, et que tu bouffes tout. – Ca t’excites de m’insulter! Ne te gênes, si ça te fait bander, ça me va.- Excuse moi, mais quand je bande je ne me contrôle pas.- Alors continue, dis moi que je suis ta salope de nièce, une vicieuse qui aime la grosse queue à son oncle.Puis elle cesse de parler et se concentre sur sa fellation. Elle me fait une pipe délice, de plus en plus excitée par mon membre qui embellit et mes injures et obscénités qu’elle apprécie.Je m’abandonne, et ne fait rien pour me retenir. Je la préviens avant de décharger, et elle s’applique à tout boire sans perdre une goutte.- Tu es géniale ma chérie, c’était super.- Alors tu n’es plus fâché?- Mais je ne l’ai jamais été. Si tu es toujours d’accord, on va baiser autant que tu veux tous les deux.- Oui, viens à la chambre, j’ai envie.On fini de se déshabiller et elle s’allonge sur le dos, offerte.J’écarte ses jambes et je viens entre ses cuisses pour la lécher.- Mais qu’est ce que fait?- Tu vois bien, tu aimes sucer ma queue, et moi j’aime bouffer les chattes. Il ne te lèche pas ton copain?- Non, c’est la première fois.- Alors détends toi, et ne pense qu’à jouir. J’ai soif de ta mouille, comme tu as soif de mon sperme.J’use de tout mon savoir-faire, et elle est réceptive à 100% à ma langue exploratrice et à ma bouche gourmande. Elle jouit une première fois, une deuxième, puis enchaîne les orgasmes plus violents les uns que les autres.A chaque fois son corps se raidit, ses reins se soulèvent, et son petit volcan entre en éruption pour m’abreuver de sa lave brulante et abondante. Elle retombe épuisée, essoufflée, et repart rapidement pour un nouveau plaisir. Elle mord dans les draps pour ne pas alerter les voisins.Je me tiens une trique d’enfer, et je remonte sur elle pour la saillir. Elle est tellement ouverte et mouillée, que je me retrouve au fonds sans même avoir compris si c’est moi qui l’ai prise, ou si c’est sa vulve vorace qui m’a gobé la queue. Je suis comme un fou, et je la défonce à grands coups de reins:- Pute, pute, salope, tu es trop bonne. Cette putain d’huître que tu as, j’aurais vraiment été trop con de ne pas te sauter. Je la lime sans cesse, en lui jurant de ne pas jouir dans son ventre. On est sueur tous les deux, nos corps sont aussi mouillés que sa vulve dans laquelle trempe ma queue. Je sens ma sève qui monte, et je me retire pour finir en 69. On éjacule tous les deux dans la bouche de l’autre, on se nettoie, puis on prend une douche bien méritée.Les jours s’écoulent, et notre relation ne cesse d’intensité. On baise comme des bêtes, le plus souvent possible.Elle s’est fait des copines au boulot, et elles ont décidé de se faire une soirée. Elles vont se faire un resto, voir un spectacle, terminer en boîte. Elle dormira chez une des filles, pour ne pas rentrer seule dans la nuit. Elles ont prévu ça pour un samedi, et elle me demande à passer le week-end chez moi. J’accepte volontiers, et elle appelle sa mère pour la prévenir qu’elle ne rentrera pas. Puis elle m’annonce avec un petit sourire, que sa mère doit me rappeler le soir.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

 Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir


 maltepe escort ankara escort didim escort pendik escort izmir escort diyarbakır escort rize escort urfa escort yalova escort antep escort hatay escort haymana escort ağrı escort giresun escort batman escort sakarya escort sakarya escort gaziantep escort izmir escort gaziantep escort izmir escort izmir escort izmir escort bayan porno izle bursa escort canlı bahis canlı bahis bahis siteleri canlı bahis bahis siteleri bahis siteleri sakarya escort porno izle sakarya travesti ankara escort